Bienvenu au site web de la Salle-Musée Paco Díez
| Français |
 
     |    Español    |    English    |    Français    |    Portuguêse
 
   
   
   
   
   
   
   
   
   
 
   
   
 
 
 
 
   
   
   
 
 
   
   
   
 
cornemuses
cornamusas europeas
 

La recherche du son continu a été depuis toujours une constante dans l´histoire des instruments populaires et cela depuis la nuit des temps.

Cela a permis qu´un seul interprète puisse obtenir plusieurs sons en même temps, c´est-à-dire, une mélodie reposant sur une ou plusieurs notes de basse ou accompagnement continu.

Pour y porvenir, des récipients rigides d´origine animale ou végétale, comme les cornes ou les citrouilles, furent utilisés. Ils mettaient à l´intérieur l´origine(la source) du son. En règle générale c´était une ou plusieurs languettes simples en roseau, mises en action selon une technique bien difficile d´insufflation continue ou respiration circulaire.

Peu à peu, on constata qu´il était beaucoup plus simple et efficace d´utiliser des réservoirs souples comme des peaux, des outres ou des vessies d´animaux pour les remplir d´air et pouvoir ainsi mieux contrôler la quantité insoufflé et cela en fonction de la pression du bras sur l´outre et l´insufflation circulaire d´air.

 
 

Les premiers écrits sur ces instruments proviennent des textes latins qui citent des musiciens grecs qui soufflaient dans des outres en peau de chiens ou de l´empereur Néron qui, d´après l´historien Suetonio, était un émérite interprète de Tibia Utricularis, un instrument à outre très populaire dans la Rome ancienne et qui fut utilisé aussi lors des campagnes de sa puissante armée. C´est ainsi que ce type d´instrument a pu arriver en gaule et en Bretagne.

Bien que cet instrument ait été déjà mentionné sous le nom de mizmar al-jirab ou cornemuse au XIème siècle par des écrivains arabes comme Ibn Zayla ou Avicenas, la première source iconographique date du XIIIème siècle et se trouve dans le Manuscrit CCLXXX des Cantigas de Santa María où sont représentés deux musiciens qui jouent de deux outres avec chalumeau et deux tuyaux parallèles, sans doute la puntera ou tuyau mélodique et un petit ronco ou bourdon d´accompagnement pédale.

 


 

 
 

Conue depuis bien longtemps en Perse, en Inde, en Grèce et à Rome, la cornemuse a subi divers changements au cours des siècles et se répand sûrtout en Europe.

Aujourd´hui on en joue en France, en Espagne, au Portugal, en Italia, en Allemagne, en Grèce, en Turquie, en Pologne, en Russie, en Chequie, en Eslovaquia, en Istrie, en Bulgaria, en Hongrie, en Rumania, en Finlande, en Suède, en Estonie, en Écosse, en Irlande et en Angleterre.